Régies & Adtech  >  Actualités  >  Vincent Ducrey (Hub Institute) : "La disruption digitale est un 
défi plus humain que technologique"

Vincent Ducrey (Hub Institute) : "La disruption digitale est un 
défi plus humain que technologique"



A l’occasion de la 4e édition de #innoweek, la semaine nationale de l’innovation, et à la veille de la conférence parisienne HUBFORUM, son cofondateur Vincent Ducrey explique pourquoi l’humain doit rester au cœur de la transformation numérique de la société comme des entreprises.

Réalité virtuelle, voiture autonome, intelligence artificielle… Nous vivons un déluge d’innovations technologiques au quotidien. La technologie est devenue omniprésente et omnipotente dans nos vies. Elle semble disrupter et révolutionner le monde à une vitesse et une ampleur encore jamais atteinte auparavant. Pourtant, si l’on se concentre uniquement sur l’aspect technologique de cette (r)évolution digitale, on risque de passer à côté de l’essentiel. Car derrière les 0 et les 1, c’est bien l’humain qui est au cœur du changement de société que nous sommes toutes et tous en train de vivre depuis 20 ans.

Derrière la technologie, d’abord des talents

Derrière le succès des start-up comme des grands leaders digitaux se cachent d’abord le talent humain. Les acteurs du numérique l’ont d’ailleurs bien compris en cherchant à attirer à tout prix les meilleurs spécialistes de la planète : salaires élevés, stock-options, avantages multiples, bureaux colorés, atmosphère décontractée. Toute la Silicon Valley est d’abord le succès d’un écosystème d’humains talentueux et réunis par la volonté d’innover.

La disruption qui secoue fortement certaines entreprises traditionnelles est finalement moins due à des ruptures technologiques qu’à un échec humain. Même si vous mettiez à jour vos technologies aujourd’hui, rien ne dit que demain vous ne vous retrouviez pas à nouveau distancer. En effet, si de nombreux acteurs ont désormais besoin de se transformer, c’est d’abord parce qu’il y a eu un vrai échec en matière de culture et d’organisation dans la conduite du changement.

Si vos équipes n’ont pas anticipé et choisi le bon virage à prendre, si elles n’ont pas su inventer ou réinventer votre business, c’est d’abord parce que les humains du haut en bas de l’organisation n’ont pas pris les bonnes décisions, n’ont pas eu le courage de prendre des risques ou ont bloqué les initiatives des autres. Les start-up à succès ont, elles, mises en place un environnement favorisant l’autonomie, l’agilité, la créativité, la vitesse… Au lieu de penser à mettre à jour leur IT, les grandes entreprises devraient d’abord se demander en quoi leur culture et leur organisation humaine ne sont plus adaptées au monde d’aujourd’hui : un monde qui change en permanence, où la créativité et l’écoute du client comme la motivation de ses talents comptent plus que tout.

La technologie n’a de valeur que si elle est adoptée par les hommes

Pour rappel : 90 à 95 % des start-ups font faillite. S’il est facile d’avoir une idée, il est bien plus difficile de l’exécuter et de convaincre un marché de clients de sa pertinence. La technologie en tant que telle reste une hypothèse. Elle dépend du bon vouloir des gens qui seront les seuls à décider de son droit de vie ou de mort. Par exemple, Google, l'un des leaders mondiaux en terme l’innovation, compte aussi des échecs comme Google Glass / Wave / Buzz… Cela nous rappelle que même avec les meilleurs ingénieurs et des capacités financières énormes, c’est le consommateur qui fera ou pas le succès de vos innovations. Uber a dépensé très peu d’argent en publicité au regard de son succès international. Mais sa valeur d’usage est apparue très claire au service des clients. La technologie n’a qu’un seul patron : l’utilisateur.

Si l’on trouve un CTO (chief technology officer) chez la plupart des grandes entreprises, on trouve beaucoup plus rarement un CXO (chief experience officer) ou des fonctions internes liées à l’ergonomie, au design, aux interfaces, au planning stratégique, à la veille de tendances… Vos innovations technologiques, sans prise en compte de la psychologie, de la sociologie, des tendances ou du design, risquent de se heurter à un mur ou de gagner rapidement en obsolescence.

#humanfirst : la technologie au service de tous ?

La technologie est désormais partout, mais ce n’est qu’un outil. Ce sont les hommes qui inventent et utilisent cette technologie qui change le monde et la société. Il est donc plus indispensable que jamais que nous, citoyens, consommateurs, politiques, usagers… comprenions les enjeux sociaux, humains, économiques de cette révolution digitale. A nous de faire en sorte que l’intelligence artificielle, les robots, les algorithmes ne prennent pas le pas sur l’homme mais soient à son service. Rappelons qu’un algorithme n’a aucune conscience et aucune morale.

Ce sont ses concepteurs et ses utilisateurs qui décident chaque jour de la direction souhaitable et acceptable. Si la technologie change le monde, à nous de veiller à changer la technologie pour le meilleur du plus grand nombre et non le bénéfice d’un petit groupe. Sans respect humain, prospérité et sécurité partagée, la technologie ne pourra mener qu’au rejet et aux extrêmes. Les développeurs sont probablement les politiques de demain. A nous tous de choisir en pleine conscience notre futur.