Agences & Annonceurs  >  Dossiers  >  Programmatique audio : vers un décollage du marché en 2016 ?

Programmatique audio : vers un décollage du marché en 2016 ?



Annoncée depuis quelques années dans le sillage du display, de la vidéo et du mobile, l’émergence du marché programmatique audio semble poindre. Plusieurs indices vont en ce sens : un inventaire qui s’étoffe, des offres programmatiques qui émergent du côté des éditeurs, des sociétés technologiques de plus en plus nombreuses et des acteurs mondiaux comme Spotify et Deezer qui dynamisent le secteur. Le programmatique audio n’en est qu’à ses prémices mais pourrait, selon plusieurs acteurs, connaître une très belle progression dès 2016, et pas seulement grâce à la radio. NRJ Global (qui vient de créer une offre programmatique audio), RTL, Deezer, ainsi les acteurs spécialisés dans l’audio digital Adswizz et Targetspot détaillent pour Satellinet les enjeux de ce marché, les causes qui ont freiné jusqu’ici sa progression, leurs ambitions et les perspectives de croissance.

C’est un marché encore balbutiant en France mais qui, selon l’ensemble des acteurs du marché, pourrait très rapidement prendre de l’ampleur. Le programmatique audio, qui consiste en la vente d’inventaires publicitaires sur les flux live audio, les podcasts et les webradios de façon automatisée et segmentée grâce à une capacité de ciblage, est un phénomène grandissant aux Etats-Unis : l’un des acteurs, la plateforme programmatique spécialisée dans la publicité audio Jelli, a ainsi levé en juin dernier 21 millions de dollars en série B, auprès de iHeartMedia, Universal Music Group, Relay Ventures, Intel Capital et First Round Capital. Elle revendique 830 stations radio clientes, venues de 250 villes américaines.

Le marché français à la traîne

En France, le marché s’installe à peine. Parmi les grands groupes radio, seul NRJ dispose d’une offre qui propose, depuis le 12 octobre 2015, la vente programmatique d’inventaires audio en ligne à travers un adexchange. La régie du groupe RTL, IP France, a pour sa part automatisé la vente d’espaces publicitaires (des pré-rolls et post-rolls) sur son inventaire audio ( 5 à 8 millions d’écoutes en ligne par mois) il y a trois ans, avec son outil de mediaplanning Popcorn Media. Ce canal de vente, qui représente aujourd’hui un tiers de son chiffre d’affaires digital, ne propose en revanche pas de ciblage par impression - seulement selon le contexte du programme croisé avec des données sociodémographiques -, et l’inventaire n’est volontairement pas disponible sur des plateformes ouvertes

Il vous reste 2445 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Programmatique audio : vers un décollage du marché en 2016 ?