Agences & Annonceurs  >  Dossiers  >  Les outils de brand safety essaient d'évoluer pour répondre aux critiques

Les outils de brand safety essaient d'évoluer pour répondre aux critiques



La brand safety fait l'objet de critiques renforcées depuis le début de la crise sanitaire. Ses méthodes vont pourtant au-delà du simple filtrage de mots-clés. mind Media fait le tour des différentes méthodologies. Un tableau comparatif des principaux acteurs sur le marché français complète cet article. 

Ces dernières années, les annonceurs ont fait de la brand safety leur priorité, suite aux différentes enquêtes ayant révélé la présence de publicités aux côtés de contenus préjudiciables pour leurss marques sur les plateformes. Elle a fait son retour en 2020 parmi les préoccupations du marché publicitaire, cette fois-ci du côté des éditeurs médias.

Dans le contexte de crise sanitaire mondiale et de sa sur-couverture médiatique, les médias d'informations et leurs régies ont fait état d’importantes baisses de revenus publicitaires qu’ils attribuent au blocage de leurs inventaires liés à des contenus médias évoquant, de près ou de loin, la pandémie de Covid-19 (lire notre premier dossier sur le sujet). 

 

Les limites de la brand safety 

 

Bruno Latapie, directeur exécutif monétisation de 20 Minutes, observe ainsi “jusqu’à 50 % de nos inventaires coupés par les sous-régies en raison de la brand safety” - bien qu’il date le début de son constat antérieurem

Il vous reste 1485 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Les outils de brand safety essaient d'évoluer pour répondre aux critiques