Régies & Adtech  >  Actualités  >  Les SSP financeraient les sites anglophones de désinformation sur le Covid-19 à hauteur de 25 millions de dollars en 2020

Les SSP financeraient les sites anglophones de désinformation sur le Covid-19 à hauteur de 25 millions de dollars en 2020



Les sites de désinformation sur la pandémie de Covid-19 devraient engranger 25 millions de dollars de revenus publicitaires en 2020, selon une étude publiée le 8 juillet par le Global Disinformation Index auprès de 480 sites anglophones entre janvier et juin 2020. 95 % de ces revenus seraient issus des SSP et adexchanges de Google, OpenX et Amazon, Google générant à lui seul 75 % des recettes tirées des publicités accolées à des contenus complotistes sur l’origine du coronavirus, vantant des remèdes miracles ou rejetant les consignes de confinement. Le Global Disinformation Index a identifié des annonces de marques telles que L’Oréal, Seat ou Bloomberg dans ces contextes médias. 

À retenir. Face à la prolifération des contenus et des sites de désinformation lors du confinement, Google avait annoncé des mesures pour empêcher leur monétisation, notamment en retirant de Play Store les applications mobiles évoquant le Covid-19 sans lien avec un gouvernement ou une institution officielle début mars. Selon Bloomberg, ces règles seront renforcées le mois prochain, à l’aide d’évaluations humaines et automatisées, à la fois pour bannir des sites et des annonceurs qui “contredisent un consensus scientifiques faisant autorité”.

Il vous reste 0 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Les SSP financeraient les sites anglophones de désinformation sur le Covid-19 à hauteur de 25 millions de dollars en 2020