Agences & Annonceurs  >  Les essentiels  >  Covid-19 : les conséquences sur le secteur des médias et de la publicité en ligne

Covid-19 : les conséquences sur le secteur des médias et de la publicité en ligne



Dans cet espace qui sera régulièrement enrichi, mind Media présente l’impact de la pandémie de coronavirus sur les éditeurs, régies, agences et marques et sur leurs partenaires technologiques, les nouveaux enjeux auxquels ils sont confrontés et leurs initiatives pour y faire face. Les chiffres clés, un annuaire des personnalités à suivre et des ressources de travail y sont également disponibles.

 

LE CONTEXTE

 

En décembre 2019, un nouveau type de coronavirus, le covid-19, est apparu en Chine avant d’atteindre les pays européens en mars 2020. Les autorités françaises ont dû prendre des mesures exceptionnelles : confinement à domicile de la population et fermeture de tous les commerces non-essentiels et de certaines frontières, affectant l’économie deux mois, jusqu'au 11 mai.

Cette crise sanitaire a déjà des conséquences profondes - organisationnelles, financières, économiques - sur les entreprises du secteur des médias et de la publicité. Tous les acteurs de la chaîne de valeur sont touchés : marques, agences, trading desks, DSP, SSP, régies, éditeurs médias et fournisseurs de services voient leurs revenus chuter pour bon nombre d’entre eux. 

Les incertitudes sont nombreuses et tous les projets sont mis entre parenthèses. Le premier effet visible a été un assèchement, immédiat, brutal et massif des investissements publicitaires dès le 17 mars : les entreprises, dont la plupart font face à un net recul de la consommation - et qui sont pour certaines impactées par la crise boursière - ont déjà annulé ou reporté leurs campagnes de communication en mars et avril et seront sans doute amenées à réduire leurs budgets marketing et communication sur la durée. 

Des budgets dont sont dépendants de nombreux éditeurs - souvent à hauteur de 70 à 80 % de leurs revenus - mais aussi les sociétés adtechs, souvent de petite taille. Les agences, dont les taux de marge en France sont déjà réduits et qui ont des revenus proportionnels à l’activité de leurs clients, ne sont pas épargnées, ni les plateformes.

Dans ce contexte incertain, les marques devront réagir et adapter leur politique marketing. Le sort d’une large partie des acteurs du marché est lié aux choix qu’elles effectueront.

 

LES ENJEUX

 

1) Surmonter la crise publicitaire 

Dès début mars 2020, les annonceurs directement affectés par la crise sanitaire - ceux du voyage et du tourisme - ont stoppé ou drastiquement réduit leurs investissements publicitaires, avant d’être suivis par la majorité des annonceurs du 17 au 25 mars après l’annonce du confinement total en France. Certains annonceurs ont relancé des campagnes depuis le 25 mars, mais très timidement : les acteurs de la vente publicitaire (éditeurs, régies, revendeurs, SSP, adexchanges) estiment entre 30 et 50 % le chiffre d’affaires publicitaire en moins réalisé en mars et de 50 à 80 % en avril. 

Les professionnels de la publicité en ligne prévoient une reprise d'activité au plus tôt à l'automne et anticipent une baisse d'activité publicitaire de 10 à 20 % sur l'ensemble de l'année 2020. Les revenus publicitaires programmatiques sont touchés : les éditeurs perdent en moyenne 45 % de leurs revenus programmatiques après un mois de confinement, selon notre baromètre Adomik. 

L’enjeu pour les vendeurs (SSP, adservers, régies, adexchanges) sera d’optimiser l’allocation de leurs ressources, de limiter au maximum l’impact négatif de la crise et de préparer la reprise de l’activité, que le marché espère pour mai ou juin. Pour les acheteurs (agences, DSP, trading desks), il faudra convaincre les marques d’investir, même dans une période de difficulté économique, en réajustant les messages et avec des stratégies médias optimales. 

 

2) Adapter son modèle

En raison du contexte, certaines échéances réglementaires sont repoussées - la recommandation de la Cnil liée aux cookies pour laisser davantage de temps aux acteurs de se préparer -, tandis que de nombreux éditeurs ont vu leur fréquentation en ligne multipliée par deux en moyenne et le nombre de nouveaux abonnés nettement progresser durant les deux dernières semaines de mars (de 150 à 400 % moyenne en avril).

Mais cela sera insuffisant. La pérennité d’une partie des entreprises du secteur est compromise. Certaines risquent de disparaître ou d'être absorbée, particulièrement celles opérant sur des marchés très concurrentiels et/ou déjà fragiles.

Dans un premier temps, tous les acteurs du secteur sont contraints d’ajuster leurs coûts et leurs ressources. Beaucoup de groupes médias mettent en place le dispositif élargi du chômage partiel et ont accès aux aides d'urgence de l’Etat pour maintenir leur trésorerie, y compris les start-up des médias et de la vente publicitaire.

 

En parallèle, un lobbying exercé par certains organes professionnels s'est déjà mis en place auprès des pouvoirs publics nationaux et européens pour des aides supplémentaires, plus importantes, directement en faveur des médias et indirectement pour encourager les investissements publicitaires des marques. Le Gouvernement français comme la Commission européenne travaillent en ce sens mais les mesures ne seront sans doute pas effectives avant juin ou juillet au mieux. 

Dans un deuxième temps, les acteurs devront réagir, faire évoluer leurs modèles et proposer des initiatives : de nouvelles offres publicitaires pour les marques et le développement accru de leurs bases d'abonnés numériques.

 

3) Anticiper la recomposition du marché et saisir les opportunités

La crise sanitaire, qui monopolise l’actualité, va obliger les éditeurs à revoir leur stratégie éditoriale et à proposer de nouvelles offres et services : formats, angles, moyens d’interaction avec les lecteurs, services de proximité... 

Les éditeurs en ligne voient la fréquentation de leurs supports numériques augmenter, mais souvent sur des contenus d’actualité difficilement monétisables via la publicité, car jugés anxiogènes par les marques, très pointilleuses sur le contexte de diffusion de leurs publicités. Ils ont en revanche l’opportunité de convertir ces larges audiences en nouveaux abonnés, après une année 2019 déjà en progression. La plupart ont lancé des offres promotionnelles et certains ont gagné un grand nombre d'abonnés entre mi-mars et mi-mai, parfois plusieurs dizaines de milliers, qu'il faudra conserver dans les mois à venir.

Dans le même temps, le confinement d’une large partie de la population entraîne une évolution des usages médias et des actes de consommation :  les marques peuvent s’appuyer sur de nouveaux leviers commerciaux en adaptant leur stratégie de communication.

En parallèle, la crise boursière qui frappe les groupes côtés (- 33 % pour l’indice CAC 40 entre le 20 février et le 20 mars) a fragilisé un peu plus encore la capitalisation de certains médias et agences. C’est à la fois une menace et une opportunité : certaines sociétés peuvent devenir des cibles attractives pour des concurrents ou des investisseurs.

 

LES CHIFFRES CLÉS

 

  • Audiences et usages médias

- Le nombre de visites sur les offres numériques des médias d'information nationaux et régionaux a progressé de 111 % lors de la première semaine de confinement (17-24 mars), puis de 86 % lors de la deuxième semaine (24-31 mars). Notre article 
Le chiffre s'érode progressivement, mais sept semaines plus tard, début mai, les niveaux de consommation numérique des sites d'information se situent toujours à plus de 50 % du niveau habituel. A chaque allocution ou information gouvernementale, des pics de fréquentation à plus du double d’un jour moyen sont constatés : 13 avril, 19 avril, 28 avril 2020.
Source : ACPM

- La consommation de vidéos en France était en hausse de 15 % le week-end du 15 mars et de 44 % en Autriche, le pays ayant pris des mesures de confinement plus tôt. 
Source : chiffres de la société spécialisée dans la vidéo Wurlrepris par Bloomberg le 18 mars 2020.
En mars 2020, Netflix a totalisé 17,5 millions de visiteurs uniques mensuels sur sa plateforme, contre 15,9 millions en février, et 3,7 millions chaque jour (contre 3,2 millions en février).
Source : Médiamétrie, mars 2020.

- Les ventes de presse en kiosque ont diminué d’environ 30 % sur la deuxième quinzaine de mars.
Source : panel du syndicat des marchands de presse AADP

- Le confinement a durement impacté la diffusion de la presse magazine au premier trimestre 2020 : les titres affichent des baisses de 3 à 15 % par rapport au premier trimestre 2020 - sauf M du Monde, Grazia, Voici, L'Obs, Valeurs actuelles, Le Point, Elle et Paris Match, qui sont en progression.
Source : ACPM

- La diffusion des éditeurs de presse est en baisse de 20 % en moyenne en avril 
Source : Commission de la culture, de l'éducation et de la communidation du Sénat

 

  • Investissements publicitaires 

- En mars 2020, les investissements publicitaires étaient en recul de 30 à 50 % selon les marques et les types de vendeurs. Le marché prévoit une baisse du chiffre d’affaires publicitaire de 60 à 80 % en avril 2020. Sur le programmatique, les éditeurs ont perdu près de 47 % de leurs revenus sur les quatre premières semaines de confinement. 
Source : déclaratifs de différents acteurs à mind Media, baromètre Adomik-mind Media, étude Kantar sur l'impact du Covid-19 sur les investissements publicitaires en TV, Radio et Presse du 24 février au 12 avril. 

- De mi-mars à fin avril, il y a eu chaque semaine de 40 à 55 % de campagnes publicitaires TV en moins par rapport aux mêmes semaines en 2019. On assiste à un retour modéré des annonceurs TV depuis début mai, avec une baisse plus légère (- 4 % d'annonceurs par rapport à la première semaine de mai 2019).
Source : baromètre publié par le groupe de services marketing et drive-to-web TVTY à partir de sa technologie de détection de spots publicitaires TV. Toutes ses études, semaine après semaine ici 

- 70 % des marques ont réduit ou stoppé leurs communications publicitaires en France entre mi-mars et mi-avril 2020. Leurs décisions s’expliquent en premier lieu par la nécessité de dégager dès à présent des économies (60 %) et de geler les investissements (60 %), puis l’indisponibilité des produits ou services du fait de problèmes de production ou de distribution (52 %) et l'inadéquation de leurs messages avec le contexte sanitaire (48 %). 
Source : UDM (1ère édtion du baromètre “Marques et marketeurs en temps de crise”) 

- Le secteur publicitaire en ligne français s'attend à une baisse de 30 à 40 % des chiffres d'affaires au deuxième trimestre 2020 (avril-mai-juin) et de plus de 20 % sur l’année. Un reprise est attendue au mieux dans 6 à 9 mois, soit pas avant fin 2020.
Source : Etude IAB France et CPA publiée début mai.

- Le marché de la communication publicitaire en France pourrait diminuer de 23 % en 2020
Source : Etude Bump de l'IREP, Kantar, France Pub

- Sauf rebond, les revenus des médias français pourraient diminuer de 20 à 30 % en 2020 du fait du confinement et de la crise économique. 
Source : analyse mind Media à partir de plusieurs études et interviews

 

  • Offres payantes en ligne

- Entre le 15 mars et le 31 avril, le nombre de souscriptions d’abonnement numérique a été multiplié de deux à cinq lors de certaines journées pour certains des médias les plus matures, et jusqu’à dix pour les médias les moins avancés, que ce soient chez les médias nationaux ou régionaux. Libération a ainsi déjà bénéficié de 20 000 abonnés numériques supplémentaires, Le Figaro 30 000 et Le Monde est sur la même tendance. 
Source : déclaratifs de différents acteurs à mind Media

 

  • Plus de chiffres

Retrouvez d'autres éléments chiffrés dans notre newsletter data :
10 chiffres clés au mois de mars

 

LES ORGANISATIONS À SUIVRE

 

  • Les institutions professionnelles 

Les associations représentatives du secteur auront un rôle important ces prochains mois pour partager les expériences et les bonnes pratiques, coordonner des initiatives collectives et défendre les intérêts de leurs membres au sein du secteur et devant les pouvoirs publics : UDM, Udecam, AACC, SRI, Geste, Alliance de la presse d’information générale (APIG), SPQN, SNPTV, IAB France, MMAF, Fevad, Filière de la communication.

 

  • Les grands groupes de communication

En tant que représentantes des marques et mandataires de l’essentiel de leurs budgets en communication et marketing via leurs agences médias, les grands réseaux d’agences auront un rôle clé en 2020 pour les nouveaux arbitrages budgétaires qui s’annoncent dans les investissements publicitaires : Havas, Publicis, WPP/GroupM, Omnicom, Dentsu Aegis Media Network, IPG Mediabrands/Interpublic.  

 

  • Les institutions gouvernementales

Le ministère de la Culture ainsi que la DGMIC (la direction générale des médias et des industries culturelles), son organe qui définit et coordonne les politiques en faveur des médias et de l’industrie publicitaire, ont un rôle décisionnaire sur toute l'industrie. Ils gèrent une large partie des fonds de subventions du secteur et pourront orienter les politiques gouvernementales qui concernent les médias et la communication : évolutions légales et réglementaires, aides fiscales, financement, etc.

 

  • La Commission européenne

La Commission européenne travaille sur la mise en place d'un "fonds de relance" décidé par les ministres des Finances des membres de la zone euro (Eurogroupe) le 9 avril pour répondre à la crise et soutenir la reprise des économies nationales. Il est en cours de mise en place. Son budget devrait être compris entre 1 000 et 2000 milliards d'euros, soit 6 à 12 % du PIB européen. Le commissaire européen en charge du marché intérieur, le Français Thierry Breton, joue un rôle important pour sa dotation et l'allocation des fonds. Il a annoncé lundi 4 mai un prochain soutien financier de la Commission européenne en faveur des acteurs des médias.

 

LES PERSONNES À SUIVRE

 

Jean-Luc Chetrit, directeur général de l’UDM - ses actualités sur mind Media - son profil LinkedIn
Gautier Picquet, président de l’Udecam et PDG de Publicis Media France - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn
Raphaël de Andréis, PDG d’Havas en France - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn
Mathieu Morgensztern, country manager de WPP France - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn  
Fernando Da Costa (ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn) et Benjamin Grumbach (ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn), co-CEOs d’Omnicom Media Group France 
Thierry Jadot, CEO de Dentsu Aegis Network France, Pays-Bas, Belgique, MENA - ses actualités sur mind / son profil LinkedIn
Thomas Jamet, PDG d’IPG Mediabrands France - ses actualités sur minnd Media / son profil LinkedIn  
Agathe Bousquet, présidente du groupe Publicis en France - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn
Mercedes Erra, responsable de la Filière communication, présidente de BETC et Havas Worldwide - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn
Laurent Habib, président de l’AACC et président de Babel - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn  
Bertrand Gié, président du Geste et directeur délégué du pôle news du Figaro - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn  
Marc Feuillée, président du SPQN et directeur général du Groupe Figaro - ses actualités sur mind Media / son profil Viadeo
Jean-Michel Baylet, président de l’Alliance de la presse d’information générale, président du SPQR et PDG du groupe La Dépêche du Midi - ses actualités sur mind Media / son profil Wikipedia
Alain Augé, président du Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) et directeur général de Bayard Presse - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn
Sylvia Tassan Toffola, présidente du SRI et directrice générale déléguée de TF1 Publicité - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn  
Nicolas Rieul, président de l'IAB France et directeur général à Criteo France - ses actualités sur mind Media / son profil LinkedIn  
Franck Riester, ministre de la Culture - ses actualités sur mind Mediason profil LinkedIn
Jean-Baptiste Gourdin, directeur général des médias et des industries culturelles - DGMIC - son profil LinkedIn
Fabrice Casadebaig, sous-directeur de la presse écrite et des métiers de l'information au sein du ministère de la Culture - DGMIC (son profil LinkedIn) 
Ludovic Berthelot, sous-directeur de l'audiovisuel au ministère de la Culture - DGMIC - son profil LinkedIn
Thierry Breton, commissaire européen en charge du marché intérieur - ses actualités sur mind Mediason profil LinkedIn 

 

LES ARTICLES DE MIND MEDIA À LIRE

 

A suivre sur notre site :
 #covid-19

 

  • Informations administratives et aides au financement

Les aides de l'Etat en faveur des entreprises (publié le 18 mars 2020)

Un plan de 4 milliards d'euros pour soutenir les start-up (publié le 25 mars 2020)

Le dispositif de l'activité partielle est temporairement étendu (publié le 30 mars 2020)

Comment appliquer le chômage partiel pour les journalistes pigistes ? Syndicats et éditeurs s'opposent (publié le 7 avril 2020)

Netflix France ouvre un fonds d'un million d'euros d'aides aux salariés des métiers du cinéma, géré par Audiens (publié le 8 avril 2020)

Le gouvernement travaille sur des aides au secteur des médias, mais il n'y aura pas de crédit d'impôt en faveur de la communication des entreprises à court terme. Plus certainement à l'automne, lors d'un plan de relance global de l'économie (publié le 17 avril 2020).

Le commissaire européen en charge du marché intérieur, Thierry Breton, promet un soutien financier en faveur des acteurs des médias dans le cadre du Fonds de relance actuellement discuté avec l'Eurogroupe (publié le 4 mai 2020)

 

  • Offres numériques payantes 

Les abonnements numériques sont en très forte progression dans le contexte de crise sanitaire, avec par exemple plus de 20 000 abonnés en ligne pour Libération en deux mois, 10 000 pour Le Parisien, et plus de 30 000 pour Le Figaro (publié le 4 mai 2020)

 

  • Usages médias 

La fréquentation numérique des médias d'information nationaux et régionaux était en progression de l'ordre de 100 à 200 % du 15 au 30 mars (publié le 3 avril 2020) et encore de 60 à 100 % du 1er au 24 avril. Depuis elle s'érode mais reste à un niveau compris entre 50 et 70 %, voire 100 % les jours de prise de parole du Président de la République ou du Premier ministre.

La durée d’écoute de la radio en ligne a progressé de 12 % en mars (publié le 10 avril 2020)

La consommation de podcasts est globalement en hausse lors du confinement (publié le 10 avril 2020)

 

  • Suivi chiffré de la crise publicitaire

Les vendeurs constatent des investissements publicitaires en forte baisse en mars (publié le 20 mars 2020)

Les chiffres clés de la vente programmatique analysés avec Smart (publié le 4 avril 2020)

Le marché publicitaire espère une reprise des investissements en mai (publié le 27 mars 2020)

Brand safety : des stratégies de marque à revoir en période de crise (publié le 27 mars 2020)

Les chiffres clés de la vente programmatique (publié le 4 avril 2020)

10 chiffres sur les effets de la crise pour le secteur (publié le 9 avril 2020)

Le confinement dynamise le marché du retail media (publié le 17 avril 2020)

Le baromètre des revenus programmatiques avec Adomik (publié toutes les semaines depuis le 19 avril 2020)

L'impact chiffré du covid-19 sur les investissements publicitaires en radio TV et presse du 24 février au 12 avril (publié le 27 avril 2020)

Les revenus minimums garantis versés par les sous-régies aux éditeurs de presse sont remis en cause par la crise (publié le 4 mai 2020)

Les professionnels de la publicité en ligne prévoient une reprise d'activité au plus tôt fin 2020 (publié le 7 mai 2020)

 

  • Innovations éditoriales

Comment les éditeurs adaptent leurs offres éditoriales en ligne pour traiter la crise sanitaire (publié le 20 mars 2020)

Covid-19 : comment LCI répond aux questions des internautes avec un chatbot (publié le 20 mars 2020)

"Voici comment enregistrer ses podcasts quand on est confiné" (publié le 25 mars 2020)

 

  • Mouvements stratégiques et réorganisations

En Allemagne, Daniel Kretinsky a doublé sa participation dans ProSiebenSat.1 à l’occasion du krach boursier (publié le 17 mars 2020)

Le chômage partiel utilisé dans de nombreux groupes médias (publié le 26 mars 2020)

Prisma Media a mis 75 % de ses employés au chômage partiel (publié le lundi 13 avril 2020)

 

  • Opportunités de communication

Baromètre Covid-19 de Kantar : les attentes des consommateurs français envers les marques (publié le 27 mars 2020)

Branding ou performance : quelles sont les stratégies des annonceurs en temps de crise ? (publié le 27 avril 2020)

Les marques qui ont coupé totalement leurs budgets publicitaires ont également rompu leur relation client (publié le 5 mai 2020) 

Les publicités institutionnelles et celles liées à la santé seraient les mieux acceptées par les internautes (publié le 22 avril 2020)

 

  • Initiatives et bouleversements en agences

Ce que la crise économique et publicitaire va changer dans la relation agence-annonceur

La crise fait évoluer le rôle des agences médias

La crise va amener les agences à redéfinir leur organisation et leurs expertises

Les agences doivent faire bloc pour assainir les conditions d’attribution des budgets

Anthony Ravau (Heroiks) propose la mise en place d’un “crédit publicité” à rembourser un an plus tard

 

  • Points de vue et initiatives des annonceurs

Comment Leroy Merlin a adapté sa stratégie social media au confinement (notre décryptage) 

Comment La Poste a fait évoluer sa communication lors de la crise sanitaire (notre décryptage) 

Pourquoi la crise sanitaire a poussé Bergamotte à stopper ses investissements publicitaires sur Facebook (notre décryptage) 

Aline Ducret (Club Med) : “Toutes les mesures qui préserveront notre trésorerie aideront à relancer les investissements publicitaires" (notre interview) 

Antoine Dubois et Sébastien Valentin (Accor) : “Notre groupe est conscient qu'il faudra réinvestir massivement en communication à la reprise" (notre interview) 

Guillaume Planet (Groupe SEB) : "Pour mieux surmonter la crise, il faudra favoriser davantage les ponts entre le marketing et les autres services de l'entreprise" (notre interview) 

L'Union des marques (UDM) appelle les annonceurs à maintenir leurs investissements publicitaires "autant que possible" (sa tribune)

 

  • Ailleurs en Europe et à l'international

En Belgique, la Fédération de Wallonie-Bruxelles prévoit quatre mesures en faveur des médias et des journalistes 

Au Portugal, le gouvernement achète 15 millions d'euros de publicités pour soutenir les médias

En Australie, le gouvernement accélère la régulation du marché publicitaire en ligne

En Suisse, le Parlement a voté des aides d'urgence pour les médias équivalant à 62 millions d'euros. Un plan d'aides structurelles est également prevu par le gouvernement en 2021.

 

 

A suivre sur notre site :
 #covid-19

 

RESSOURCES EXTERNES

 

  • Usages médias et initiatives éditeurs

- ComScore produit très régulièrement des études sur les usages médias et les audiences en ligne liés au coronavirus dans plusieurs pays, dont la France

- L'ACPM publie régulièrement des études et des notes sur la fréquentation en ligne des éditeurs de presse nationaux et régionaux

- La régie 366 publie tous les soirs une newsletter sur les initiatives des médias régionaux en France et des chiffres de marché liés à la crise 

 

  • Investissements publicitaires

- Le pôle d'études d'IPG Mediabrands, Magma, a publié fin mars un rapport sur l’impact du Covid-19 sur le marché publicitaire mondial

- Adomik analyse toutes les semaines les effets du Covid-19 sur l’achat programmatique en France

- Le groupe de services marketing et drive-to-web TVTY réalise une veille sur le volume de campagnes publicitaires TV en France, semaine après semaine, et sur le type d’annonceurs entrants et sortants : sa première étude sur la semaine 12 (du 16 au 22 mars 2020), sa deuxième sur la semaine 13 (du 23 au 29 mars 2020) - toutes ses études, semaine après semaine ici 

- L'institut Mediaradar analyse régulièrement les effets du covid-19 sur les investissements marketing, avec un focus aux Etats-Unis

- Kantar produit tous les 15 jours des webinaires sur l'évolution des investissements publicitaires, accessibles en replay : 27 mars - 15 avril - 30 avril

- L'UDM publie un baromètre mensuel "Marques et marketeurs en temps de crise". La première édition publiée mi-avril.

 

  • Consommation et stratégies marketing

- La régie commune de la PQR en France, 366, publie chaque semaine les résultats de son baromètre sur les "Français en confinement", réalisé par Kantar

- Kantar publie régulièrement des études et notes sur la consommation liée au covid-19, sur les attentes vis-à-vis des marques, et sur l'évolution des investissements publicitaires 

- CSA publie chaque semaine son baromètre Brands&You sur le rapport des Français avec les marques pendant la pandémie

- L'agence BETC Fullsix (Havas) a publié une étude de social listening, réalisée par Brandwatch, en analysant les conversations et sentiments exprimés par les Français sur Twitter du 22 janvier au 31 mars 2020, afin d'identifier différents clusters de préoccupations et de relations avec les marques

Il vous reste 0 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Covid-19 : les conséquences sur le secteur des médias et de la publicité en ligne