Agences & Annonceurs  >  Entretiens  >  Yuan Zou (Hylink) : "Nos revenus issus des annonceurs européens qui communiquent en Chine ont progressé de 30% pendant le confinement"

Yuan Zou (Hylink) : "Nos revenus issus des annonceurs européens qui communiquent en Chine ont progressé de 30% pendant le confinement"



L'agence chinoise Hylink, qui se présente comme la première agence digitale indépendante en Chine, a lancé en avril 2019 son activité française, avec pour but d'accompagner les entreprises locales dans leur stratégie de communication sur le marché chinois, très particulier. Yuan Zou, directrice du développement de l'agence sur les marques luxe et mode pour l'Europe, revient sur l'impact de la crise en Chine et l'impact du déconofinement survenu dès mars, et explique les spécificités du marché chinois et les difficultés que les annonceurs occidentaux peuvent y rencontrer.

Quelle est aujourd’hui l’activité et la présence internationale de Hylink ? Comment le groupe a-t-il diversifié ses compétences ?

Aujourd’hui, Hylink est la première agence digitale indépendante chinoise avec 1,6 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2018. Nous avons une vingtaine de bureaux en Chine, au Japon et en Corée du Sud. Paris et Londres sont les premières implantations en Europe ; nous voulons ouvrir de nouveaux bureaux à Milan et Munich. Nous sommes une "agence 360" : nous couvrons de nombreuses activités, allant de la gestion de campagnes search et programmatiques au planning média, en passant par le community management, les campagnes d'influence... Le groupe croit organiquement avec son activité agence depuis sa création, mais nous avons réalisé des acquisitions sur de nouveaux domaines de compétences, avec des sociétés spécialisées dans le big data et data analytics, la production de long métrage, le programmatique mobile ou encore un adnetwork. 

Vous avez lancé votre activité française en avril 2019.

Il vous reste 1598 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Yuan Zou (Hylink) : "Nos revenus issus des annonceurs européens qui communiquent en Chine ont progressé de 30% pendant le confinement"