Médias & Contenus  >  Entretiens  >  Philippe Carli (EBRA) : "Positionner EBRA comme le premier groupe de presse en France"

Philippe Carli (EBRA) : "Positionner EBRA comme le premier groupe de presse en France"



Avec près d’un million d'exemplaires vendus par jour à travers ses différents titres (Le Progrès, Le Dauphiné Libéré, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, etc.), le groupe EBRA, détenu par Le Crédit Mutuel, est le premier groupe de PQR en volume dans l’Hexagone. Comme la plupart des médias régionaux, il rencontre des difficultés économiques et a tardé à effectuer sa transformation numérique.

Interrogé dans le cadre des Rencontres de l'Udecam jeudi 5 septembre, Philipe Carli, mommé président d'EBRA en 2017, présente son regard sur l'évolution de la PQR et ses enjeux, le plan de relance du groupe et les axes de développement qu'il entrevoit, notamment sur le numérique.

 

Quelle est votre lecture de l'évolution du marché des médias et plus particulièrement celui de la PQR ?

Le marché des médias continue de vivre une mutation sans précédent liée aux changements d’usages et à l’arrivée de nouveaux acteurs. Les médias historiques, et en particulier ceux de PQR, ont réalisé ces dernières années une transformation profonde démontrant leur résilience et leur capacité d’adaptation. La révolution numérique nécessite une adaptation des organisations et des modes de fonctionnement de l’ensemble des métiers pour permettre de produire des contenus et services à forte valeur ajoutée.

Aujourd’hui, plusieurs tendances se dessinent et ont ou auront un impact fort sur cette transformation, notamment pour la presse de proximité. Premièrement, la crise des Gilets jaunes a rappelé l’importance de la proximité des territoires et de l’information locale, qui sont l'ADN de la PQR. Deuxièmement, les grandes marq

Il vous reste 1342 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Philippe Carli (EBRA) : "Positionner EBRA comme le premier groupe de presse en France"