Régies & Adtech  >  Dossiers  >  Quel bilan tirer pour la publicité native in-image ?

Quel bilan tirer pour la publicité native in-image ?



La publicité intégrée au sein des images d'illustration d'article ("publicité in-image") est apparue en France en 2017, sous l'impulsion de sociétés spécialisées et encouragée par certaines agences. Comment se présente ce format et comment l'utiliser ? Quelles performances en attendre ? mind Media a interrogé des acteurs qui l'utilisent - Prisma Media Solutions, Groupe Cerise, MediaCom (GroupM), Amnet France (Dentsu Aegis) - et les deux prestataires spécialisés présents en France. Un tableau comparatif complète ce dossier.

Pratiquement inconnue des agences et des éditeurs en France il y a un peu plus de deux ans, une nouvelle forme de native advertising a séduit certaines marques et des éditeurs : l’in-image. Le format est proposé en France par deux acteurs avec un modèle de régie publicitaire : l’Espagnol Seedtag (120 personnes environ) et plus récemment la start-up française Bliink (13 personnes), qui vient de lever 2,5 millions d'euros auprès d'Axeleo Capital et Evolem Start.

Les deux sociétés affirment constater des performances comparables à d’autres formats jugés très engageants, comme la vidéo in-stream ou l’habillage, et des retours sur investissement satisfaisants, voire très satisfaisants. "Les sur-performances de ce format sont largement suffisantes pour absorber son prix, en moyenne supérieure de 25 % à celui des autres solutions de publicité nativ

Il vous reste 1320 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Quel bilan tirer pour la publicité native in-image ?