Agences & Annonceurs  >  Dossiers  >  Comment les instituts d'études s'adaptent au digital pour répondre aux besoins des marques

Comment les instituts d'études s'adaptent au digital pour répondre aux besoins des marques



Pour augmenter leurs ventes ou mieux connaître les consommateurs, les entreprises sollicitent depuis de nombreuses années les instituts d’études. Avec l’arrivée du digital et la profusion de données accessibles, les instituts de mesure de marché et de l’opinion “historiques” font évoluer leurs services et leur organisation. Quels sont les nouveaux besoins des marques sur cette activité et comment se positionnent-ils pour les accompagner ? Quelle est leur concurrence ? mind Media a interrogé les instituts d’études BVA, CSA, IPSOS et Kantar, ainsi que la start-up Happydemics, l’agence de conseil marketing intégré Sorgem et la marque La Poste.

BVA, CSA, IPSOS, Kantar, Nielsen... les instituts historiques de mesure de marché et de l’opinion en France produisent des études marketing et politiques pour les entreprises et institutions. Leur principale compétence reste d’accompagner les premières dans l’observation et la compréhension des comportements des consommateurs. Le développement du numérique et la quantité de données exploitables rend leur activité historique vulnérable à la concurrence et les poussent à se transformer et à investir pour enrichir leurs études, en interne ou via des partenariats.

Des investissements en interne ou en externe

La plupart des acteurs des études de marché et d’opinion disposent de capacités d’investissement importantes, permettant de lancer de nouveaux projets. Certains font alors le choix d’intégrer des solutions technologiques pour ajouter des données qualitatives à leurs données quantitatives et ainsi enrichir leurs analyses, comme le groupe français Ipsos.

Créé en 1975, implanté dans 90 pays et rassemblant plus de 16 000 salariés, il a généré un chiffre d’affaires mondial d’1,75 milliard d’euros en 2018. Le groupe s’est notamment développé dans le facial coding et la biométrie : le facial coding peut analyser et catégoriser, via un algorithme, les micro-expressions du visage captées par webcam (sur ordinateur, smartphone ou tablette). Avec un simple

Il vous reste 1970 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Comment les instituts d'études s'adaptent au digital pour répondre aux besoins des marques