Régies & Adtech  >  Entretiens  >  Joachim Schneidmadl (Virtual Minds) : "Pour lutter contre le duopole, les grands éditeurs doivent créer leur propre walled garden"

Joachim Schneidmadl (Virtual Minds) : "Pour lutter contre le duopole, les grands éditeurs doivent créer leur propre walled garden"



En Allemagne, le groupe audiovisuel ProSiebenSat.1 est un acteur de premier plan de l'adtech, via sa filiale Virtual Minds, une holding technologique présente sur tous les maillons de la chaîne de valeur - adserver, SSP, DSP, DMP, advérification - dont il partage le capital avec United Internet. mind Media a rencontré Joachim Schneidmadl, le COO de Virtual Minds, et l'a interrogé sur le RGPD, le header bidding, la transparence du programmatique et la lutte contre le duopole.

Quelles ont été les conséquences du RGPD pour Virtual Minds ?

Nous n’avons pas observé de baisse de l’inventaire data disponible ni des ventes programmatiques après le 25 mai. L’intérêt légitime est la base légale valable la plus utilisée en Allemagne. Or, quelques semaines avant l’entrée en vigueur du RGPD, Google a fait savoir qu’il ne prendrait en compte que le consentement. Cette façon d’aller au-delà de ce que prévoit la réglementation a beaucoup irrité les éditeurs et les grandes agences médias. Ces dernières ont donc décidé de réduire leurs investissements via Google, au profit des fournisseurs de technologie indépendants (SSP, DSP), avant même le 25 mai.

Quel regard portez-vous sur l'évolution de la réglementation sur la p

[1143 mots]
Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous
Créez un compte

Inscrivez-vous pour accéder à nos contenus gratuits ou achetez des contenus à l'unité.

Créez un compte
Abonnez-vous

Souscrivez à une licence pour accéder à l'intégralité des contenus et supports mind Media

Abonnez-vous