Régies & Adtech  >  Dossiers  >  Drive-to-store (2/2) : comment les acteurs du mobile tentent de rassurer les annonceurs

Drive-to-store (2/2) : comment les acteurs du mobile tentent de rassurer les annonceurs



Géolocalisation parfois imprécise, méthodes de mesure contestées, absence de tiers de mesure, menace du RGPD... malgré l'intérêt croissant des distributeurs, les campagnes de drive-to-store ont été souvent contestées. Comment les acteurs du secteur tentent de rassurer les annonceurs ? Mind Media a interrogé Singlespot, Vectaury, Kairos Fire, S4M, Admoove, Teemo, FidZup, Retency et Mobext pour la deuxième partie de ce dossier consacré au drive-to-store.

Malgré les faiblesses de certaines méthodes de géolocalisation via le mobile (voir la première partie de notre enquête), le drive-to-store est en train de gagner l'intérêt des distributeurs. "Les annonceurs ont dépassé le stade du test, certains commencent même à mener des opérations en fil rouge", remarque ainsi Kaoutar Benazzi, la directrice de Mobext France, l'agence mobile du groupe Havas. Mais il n'en a pourtant pas toujours été ainsi. "Il y a eu beaucoup de déception ces dernières années car jusque-là les résultats n'ont pas toujours été au rendez-vous", soulignait-elle à l'occasion de l'ATS Paris en mars dernier.

"Compte tenu du manque de fiabilité de

Il vous reste 1063 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Drive-to-store (2/2) : comment les acteurs du mobile tentent de rassurer les annonceurs