Agences & Annonceurs  >  Dossiers  >  Le dark social : quelles opportunités pour les marques et les médias ?

Le dark social : quelles opportunités pour les marques et les médias ?



Du simple échange d’emails, en passant par les messages Whatsapp, les forums ou les groupes facebook privés, le "dark social" désigne tout partage d’information en ligne qui n’est pas public. Le type de partages de contenus dans des conversations privées a explosé ces dernières années, passant de 69 % à 84 % des partages entre 2014 et 2016, ce qui pousse les marques et les médias à s’y intéresser de très près. Après avoir mis quelques années à être considéré comme un vrai levier d’audience, il est aujourd’hui au centre de stratégies web poussées.

Pour en discuter, notre partenaire, le Social Media Club France a sollicité en novembre 2017 Thomas Rudelle, head of social chez AXA France, Anne Kerloc’h, rédactrice en chef adjointe et social media manager pour 20 Minutes et Raphaël Labbé, fondateur et directeur général de Wiztopic. La session était animée par Maxime Drouet, directeur du département digital à Burson-Marsteller I&E, et Aurélien Viers, directeur du pôle visuel à l’Obs. mind Media reproduit la retranscription de ce workshop.

 

La perception même du dark social semble avoir évolué depuis 2012. Passé d’un univers assez confidentiel d’initiés revendiquant leur indépendance par rapport aux grandes plateformes de partage public, il a ensuite été repris par les entreprises du numérique. "Quand on a commencé à parler de dark social en France en 2014, on était sur quelque chose de très anxiogène, en présentant cela comme une série de trafics impossibles à mesurer. Depuis 2017, j’ai l’impression qu’il y a un retournement du terme dans une version plus positive," analyse Maxime Drouet (Burson-Marsteller I&E).

En effet, les messageries instantanées et

Il vous reste 1769 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Le dark social : quelles opportunités pour les marques et les médias ?