Médias & Contenus  >  Actualités  >  L’échec des plateformes de vente d’articles à l’unité

L’échec des plateformes de vente d’articles à l’unité



Dans le sillage du Néerlandais Blendle, très médiatisé en 2014 et 2015, des plateformes ont tenté de convaincre les éditeurs de l’opportunité de vendre leurs contenus à l’unité par leur intermédiaire. Avec difficulté : les résultats de ces acteurs spécialisés, certains français (Articly, MilIbris, JolStore, I feel for you...) sont très modestes ; plusieurs ayant même cessé leur activité.

Confrontés à une baisse structurelle de leurs ventes papier et à la domination de Google et Facebook dans la publicité en ligne, les éditeurs cherchent des alternatives telles que les offres payantes en ligne. Sur ce registre, à côté des abonnements numériques, la vente en ligne d’articles à l’unité a été mise en avant par certains acteurs spécialisés.

Le concept est simple : une plateforme propose d’agréger et de vendre les articles d’éditeurs partenaires, à des tarifs oscillant de 10 ou 20 centimes à 1 ou 2 euros par lecture, et en prélevant une commission de quelques dizaines de pourcents. L’un de ces acteurs, Blendle, a été très médiatisé. En octobre 2014, la plateforme créée aux Pays-Bas par Alexander Klöpping, levait 3,8 millions de dollars auprès notam

Il vous reste 1187 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
L’échec des plateformes de vente d’articles à l’unité