Médias & Contenus  >  Actualités  >  Le nouveau flux testé par Facebook met en relief la dépendance des éditeurs à son égard

Le nouveau flux testé par Facebook met en relief la dépendance des éditeurs à son égard



Un test de Facebook dans six pays suscite l’inquiétude des éditeurs en cette fin d’octobre.

Au Sri Lanka, en Slovaquie, en Bolivie, en Serbie, au Guatemala et au Cambodge, le réseau social a en effet décidé de regrouper toutes les publications de pages (personnalités, marques, médias) dans Facebook Explore, une nouvelle rubrique, distincte du fil principal où ne ne sont plus affichés que les posts d’amis ou les contenus sponsorisés.

Avec des conséquences jugées “dramatiques” pour l’engagement sur les contenus des éditeurs, a remarqué dans un post Medium le journaliste Filip Struharik, qui travaille pour Dennik N, en Slovaquie : “le nombre moyen d’interactions pour les soixante pages Facebook les plus importantes des médias slovaques a chuté de moitié” depuis le début du test.

Dans un communiqué, le responsable du fil d’actualité de Facebook, Adam Mosseri, a assuré que l’entreprise ne compte pas, dans l’immédiat, étendre cette expérimentation au-delà de ces six pays.

Le sort des éditeurs n'est pas la priorité de Facebook

Selon TechCrunch, cette histoire sonne comme un avertissement pour les médias qui misent sur la plateformisation : “Facebook peut être un incroyable apporteur de trafic et de croissance, mais il n’y a aucune garantie que cela durera. Les éditeurs et les développeurs ne sont pas la priorité de Facebook. Sa priorité, ce sont ses utilisateurs.”

Plusieurs médias se sont lancés ces dernières années uniquement sur les plateformes, notamment Facebook - c’est le cas en France de Brut, notamment - ou ont fermé leurs supports propriétaires, comme l'a fait Minutebuzz.