Médias & Contenus  >  Actualités  >  Data : les éditeurs doivent-ils généraliser le login obligatoire ?

Data : les éditeurs doivent-ils généraliser le login obligatoire ?



Philipp Schmidt, directeur exécutif de la régie Prisma Media Solutions, estime nécessaire la collecte de données via une forme d'inscription pour rivaliser avec Google et Facebook sur les données.

Face au duopole Facebook - Google sur le marché de la publicité en ligne et sa mainmise sur la data, les éditeurs examinent l’inscription plus ou moins obligatoire (login ou boutons Connect) pour accéder à tout ou partie de leurs contenus et services (M6, TF1, France Télévisions, Le Figaro, Viadeo prochainement…).

Dans une interview pour InaGlobal mercredi 14 juin, Philipp Schmidt, directeur exécutif de la régie Prisma Media Solutions, va en ce sens : “Il est crucial pour les éditeurs nationaux de créer une data loguée, c’est-à-dire qui ne soit pas uniquement des cookies, mais des données collectées depuis des comptes où les gens s'inscrivent et où l’on sait de quel profil il s’agit. Le consommateur est parfaitement conscient que sa data a de la valeur et il va la partager seulement si l'expérience le justifie. J'appelle ça le “datawall”. Avant de proposer un paywall, où le consommateur paie pour avoir accès aux contenus, il faut un datawall pour qu'il accepte de partager ses données avec l'éditeur en contrepartie d'une expérience augmentée et du respect de ses données.”

Plusieurs options

Peut-on imaginer qu'un jour, refuser de partager ses données fasse qu'on ne puisse pas accéder à tous les articles d’un site d'information ? “Je pense qu'il va y avoir un mélange entre plusieurs options et que le consommateur pourra choisir, ajoute-t-il dans cet entretien. Par exemple, il pourra ne partager aucune donnée mais n'avoir accès aux contenus de qualité que via un paywall. Car il ne faut pas oublier que le business model des médias aujourd'hui repose de façon équilibrée sur un revenu B to C et un revenu B to B. (...) Pour assurer l'avenir des groupes médias, il faut qu'ils puissent récolter une data équivalente à celle des GAFA."