Dans l'actualité

Les mid-rolls sur Facebook encore peu rémunérateurs pour les éditeurs

Alors que les éditeurs se plaignent régulièrement de tirer de trop faibles revenus des contenus qu’ils postent sur Facebook, le réseau social tente d’augmenter leurs sources de monétisation. En mars, il a par exemple commencé à tester les publicités mid-rolls au milieu des lives et des longues vidéos. Mais six mois après, ces formats génèrent encore peu d’argent pour cinq des six éditeurs anglo-saxons interrogés par Digiday lundi 2 octobre. L’un d’eux fait état d’un CPM de 15 cents, un autre de 75 cents. Un troisième a encaissé 500 dollars pour plus de 20 millions de vidéos vues sur sa page en septembre.

“Facebook ne nous paie que si notre vidéo a été vue pendant 20 secondes, et si l’internaute a regardé la publicité. Mais si le réseau social considère une vidéo comme vue à partir de 3 secondes, la majorité ne peut pas être monétisée. Pour un contenu qui atteint 1 million de vues, 100 000 atteignent réellement le mid-roll”, estime l’un des éditeurs.

Cela risque de poser quelques problèmes aux nombreux éditeurs anglo-saxons, dont Mic, Mashable, Vice ou MTV News, qui ont fait le choix de pivoter vers la vidéo (lire sur notre site)

Voir aussi

Partager cet article